450 867-4367 info@tresl.org
Nouvelles :

Implantée sur tout le territoire québécois et forte de ses racines historiques, l’économie
sociale a connu un essor sans précédent à partir de 1996. Depuis, elle s’est diversifiée,
s’est structurée et a gagné en reconnaissance. Actuellement, de nombreuses initiatives
développées par des jeunes de partout au Québec illustrent le potentiel d’innovation
inhérent à l’entrepreneuriat collectif qui permet notamment aux jeunes professionnels de
contribuer à leur milieu selon leurs aspirations ou de se créer un emploi à la hauteur de
leurs ambitions. Sans aucun doute, le développement d’entreprises collectives dans un
secteur d’activité ou dans une MRC ciblée par des jeunes favorise leur présence en
région.

L’économie sociale en quelques mots…
Pour rendre accessibles certains produits ou services, diversifier l’offre culturelle,
favoriser la commercialisation locale ou le dynamisme économique et sociale, nous
constatons de plus en plus que l’épanouissement des régions du Québec passe par
l’entrepreneuriat collectif, notamment parce qu’on ose y relever le défi du partage de
richesses et qu’on y met de l’avant une approche de développement orientée vers un
rendement à la communauté.

L’entreprise d’économie sociale se caractérise d’abord par sa forme de propriété qui est
collective et sa gouvernance qui est démocratique. Qu’il s’agisse de coopératives, de
mutuelles ou d’organisations à but non lucratif (OBNL), la finalité sociale n’est pas
centrée sur le profit pécuniaire, mais sur la réponse à un besoin et elle s’évalue
notamment en fonction de la contribution de l’entreprise à l’amélioration du bien-être de
ses membres ou de la collectivité.

Le Québec compte environ 7 000 entreprises d’économie sociale. Celles-ci procurent un
emploi à plus de 150 000 personnes au Québec. Le nombre d’emplois au sein des
entreprises d’économie sociale est comparable au taux d’emploi observé dans des
secteurs comme le commerce de gros ou les services aux entreprises.
L’économie sociale portée par les jeunes

Avec l’arrivée d’une nouvelle génération d’entrepreneurs collectifs, l’économie sociale se
transforme et se développe de plus en plus dans des secteurs en émergence –
nouvelles technologies, souveraineté alimentaire, culture, environnement – dans une
perspective de transformation des communautés et de construction d’un patrimoine
collectif.

On retrouve plusieurs projets d’entreprises portés par des jeunes dans les secteurs de
l’urbanisme, de la conception de jeux vidéo ou en production humoristique; autant de
secteurs où l’entrepreneuriat collectif n’était pas très présent jusqu’ici et au sein
desquels ils souhaitent influencer les façons de faire. À titre d’exemples, des entreprises
collectives gérées par des jeunes naissent également dans des secteurs piliers de
l’économie sociale, tels l’habitation ou l’agriculture, dans le but non seulement de créer
des logements ou de vendre des produits du terroir, mais également avec l’objectif plus
large de lutter contre l’étalement urbain ou de favoriser le développement des marchés
de proximité.

Bien évidemment, les jeunes souhaitent trouver un sens à leur travail, se sentir utiles à
la société et constater les résultats de leur engagement. Les entreprises d’économie
sociale leur permettent de réaliser leurs aspirations tout en leur fournissant un milieu
démocratique dans lequel ils accèdent aux instances décisionnelles et vivent une
citoyenneté plus active.

Dans cette perspective, l’économie sociale augmente l’intérêt des jeunes à s’établir dans
une nouvelle région en combinant activités économiques et ancrage dans la
communauté. Et dans l’éventualité où seul l’un des deux conjoints d’un couple trouve un
emploi à leur arrivée dans une nouvelle municipalité, l’entrepreneuriat collectif pourra
certainement faciliter les contacts pour le second et faciliter la création de son emploi
par le développement d’une entreprise.

Les Pôles d’économie sociale et Place aux jeunes en région : des partenaires
complémentaires

Présents dans toutes les régions du Québec, les Pôles d’économie sociale sont des
regroupements d’entreprises et d’acteurs de soutien voués à maximiser la contribution
de l’économie sociale au développement des territoires. Leur objectif ultime est de faire
en sorte que le modèle de l’entrepreneuriat collectif se déploie de manière optimale pour
les collectivités, notamment à titre de levier pour la revitalisation des milieux et de
véhicule pour la promotion de l’équité sociale. Les Pôles assurent la réalisation d’actions
de soutien au développement entrepreneurial sur la base des besoins des entreprises et
selon les mandats respectifs des partenaires.

Les Pôles peuvent également être des partenaires stratégiques pour les agents de
migration. Lors de séjours migratoires, les Pôles – en collaboration avec des
entrepreneurs collectifs de la région – peuvent être invités pour présenter et mettre en
valeur les perspectives qu’offrent l’économie sociale aux jeunes désireux de s’établir
dans leur région d’origine ou dans une nouvelle région par le biais d’un projet
entrepreneurial ou d’un emploi qui répond aux enjeux et aux secteurs qui les rejoignent.
Ils peuvent également présenter les entreprises d’économie sociale de la région aux
agents de migration et les possibilités d’emplois qu’on y retrouve.

Les Pôles, qui réunissent un ensemble d’acteurs régionaux, sont particulièrement bien
positionnés pour aider les jeunes à établir des maillages et ainsi s’assurer que leurs
projets soient enracinés et appuyés par des acteurs locaux et répondent aux besoins de
leurs collectivités. Ce réseautage permettrait aussi aux jeunes d’aller chercher toutes les
ressources dont ils ont besoin pour faire cheminer leur projet entrepreneurial
Les Pôles peuvent également outiller les entrepreneurs potentiels sur les facteurs de
succès à chaque étape du parcours entrepreneurial collectif et sur les outils de
financement ou d’accompagnement disponibles dans la région. Il est à noter que les
entreprises collectives ont accès à des fonds spécifiques à leur réalité tels que le
Réseau d’investissement social du Québec (RISQ) ou la Fiducie du Chantier de
l’économie sociale.

Outre la possibilité de démarrer une entreprise collective, soulignons que la reprise sous
forme d’entreprise collective peut constituer une solution appropriée lors du départ à la
retraite d’un ou d’une propriétaire de PME ou face à un risque de fermeture ou de
délocalisation d’entreprise. Dans de tels cas, des groupes de travailleurs et de
travailleuses ou des collectivités se regroupent pour racheter l’entreprise et en devenir
les propriétaires collectifs. Les Pôles sont également bien positionnés pour assurer la
diffusion des occasions de développement offertes sur leur territoire et pour informer les
agents de migration et les jeunes des possibilités liées à la relève d’entreprises.
Pour vous informer sur le Pôle d’économie sociale de votre région, consultez le site du
Chantier de l’économie sociale

À propos du Chantier de l’économie sociale
Le Chantier de l’économie sociale est une organisation autonome et non partisane qui a
pour principaux mandats la promotion et le développement de l’entrepreneuriat collectif
au Québec. Corporation à but non lucratif, le Chantier réunit des promoteurs
d’entreprises d’économie sociale (coopératives et organismes sans but lucratif) œuvrant
dans de multiples secteurs d’activités (environnement, services de proximité,
communications, loisir, technologies, habitation, ressources naturelles, enfance-famille,
formation, financement, culture, etc.), des représentants des grands mouvements
sociaux et des acteurs du développement local en milieux urbain et rural.

Pour plus d’information :
Maude Brossard-Sabourin, Responsable des dossiers jeunesse
514-899-9916 poste 410